info@cires-ci.com +225 27 22 48 21 03

UTILISATION DU FOUR AMELIORE TIKA POUR REDUIRE LA CHARGE DU TRAVAIL DOMESTIQUE DES FEMMES EN MILIEU RURAL IVOIRIEN

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATIF DU PROJET

Les soins non rémunérés représentent une part importante du temps consacré par les femmes et les filles en Afrique, limitant ainsi leur participation dans les domaines civils, sociaux et politiques, tout en réduisant leurs possibilités de recherche d'emploi et de revenu (Razavi, 2007 : 22). Quelle que soit la part du revenu du ménage qu'elles gagnent, les femmes assument la majeure partie des soins non rémunérés dans tous les contextes (Elson 1995 ; Razavi 2007 ; Eyben et Fontana 2011).
En Côte d'Ivoire, une étude financée par l'UNFPA a révélé que le travail domestique non rémunéré des femmes équivaut à 2,1% du PIB, soit 674,43 milliards de francs CFA, tandis que celui des hommes représente 0,6% du PIB, soit 179, 13 milliards de francs CFA. Les femmes rurales ivoiriennes sont particulièrement touchées par cette réalité, étant impliquées dans les travaux agricoles tout en assumant la plus grande part du travail domestique non rémunéré. Cette charge de travail, en plus de leur exposition quotidienne à des polluants dangereux lors de la cuisine au feu de bois, a des conséquences néfastes sur leur santé. De plus, elles ont peu de temps pour se reposer ou s'engager dans des activités épanouissantes. L'utilisation intensive du bois de chauffe en Côte d'Ivoire, où 87% des foyers en dépendent, entraîne une dégradation des forêts, réduisant ainsi la superficie forestière de manière significative. En outre, l'inhalation de fumée provenant des opérations de cuisson contribue à un nombre élevé de décès chez les femmes. Pour remédier à cette situation, une distribution de foyers améliorés TIKA a été lancée, visant à remplacer les systèmes de cuisson traditionnels à base de bois par des solutions plus propres et plus efficaces. À ce jour, plus de 20 000 foyers ont été distribués, bénéficiant à plus de 100 000 personnes dans des villes telles que Bouaké, Duékoué et Korhogo. Cette initiative vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre, la pollution de l'air et les maladies associées, améliorant ainsi la santé et le bien-être des femmes ivoiriennes tout en préservant l'environnement forestier.

2. LES OBJECTIFS DU PROJET TIKA
 Objectif général

Produire des évidences pour informer la mise à l’échelle de technologies propres afin de réduire le temps consacré aux soins non rémunérés tout en favorisant l’autonomisation des femmes et en réduisant l'empreinte carbone des ménages.

 Objectifs spécifiques

Cet objectif général se décline dans les objectifs spécifiques suivants :
OS1 : Fournir des données probantes sur la charge de travail non rémunéré des femmes dans les zones rurales afin d'éclairer la mise en œuvre des politiques et de promouvoir la reconnaissance, la réduction et la redistribution du travail de soins;
OS2 : Étudier les impacts socio-économiques et environnementaux de l'utilisation du four amélioré TIKA sur l'autonomisation économique des femmes et les émissions de gaz à effet de serre ;
OS3 : Promouvoir l'accès à grande échelle des ménages aux technologies permettant de gagner du temps en diffusant les résultats de la recherche et en explorant les partenariats public-privé afin de favoriser le passage à l’échelle de la technologie ;
OS4 : Contribuer à la littérature scientifique sur le travail de soins non rémunéré des femmes.

3. LA METHODOLOGIE

Notre démarche débutera par l'analyse des données secondaires dans les publications scientifiques sur le travail non rémunéré, avec un accent sur les zones rurales à l'échelle mondiale et en Afrique. Ensuite, nous utiliserons une approche qualitative comprenant des entretiens individuels et des groupes de discussion avec des femmes et des leaders de groupements de femmes rurales. Une approche quantitative basée sur une enquête par questionnaire semi-structuré sera ensuite mise en place, utilisant des tablettes. L'étude portera sur les premiers bénéficiaires des fourneaux TIKA en milieu rural, ainsi que sur les ménages ruraux utilisant des méthodes de cuisson traditionnelles.

4. LES RESULTATS ATTENDUS

Nos résultats attendus concernent le volet académique, le volet communautaire et le volet institutionnel.

1. Le volet académique

A ce niveau, notre travail de recherche envisage déboucher sur deux thèses de doctorat, six articles et dix mémoires :

 Thèses

• Les déterminants de l’adoption des fourneaux TIKA dans les ménages vulnérables en milieu rural
• L’impact de l’adoption du fourneau TIKA sur le travail de soins non rémunérés des femmes en milieu rural

 Articles et Mémoires

Les articles seront produits à partir des travaux de thèse, de mémoires et des travaux de l’équipe des chercheurs. Il faut noter que le CIRES abrite un programme de Master de recherche en Economie Rurale qui pourrait bénéficier des données collectées dans le cadre de ce projet, pour les mémoires, les thèses et les articles scientifiques.

2. Le volet communautaire

A ce niveau, notre travail de recherche permettra de disposer de données fiables sur l’impact et la mise à l’échelle de l’utilisation de la technologie des fourneaux TIKA par les femmes bénéficiaires en milieu rural en Côte d’Ivoire.

3. Le volet institutionnel

• Deux bourses de thèses seront attribuées prioritairement à des femmes en vue de la rédaction et de la soutenance de thèse de doctorat et dix bourses de Master de recherche dont la moitié sera réservée aux femmes.
• La rédaction d’un document de plaidoyer sera initiée en collaboration avec toutes les parties prenantes par l’équipe de recherche.
• Un atelier national sera organisé dans le cadre d’un plaidoyer pour la reconnaissance des soins non rémunérés des femmes avec toutes les parties prenantes.